Catégorie : Linux

[CentOS] Configuration du réseau

Lors d’une installation minimale, il n’y a quasiment rien de configuré et d’installé. Voici quelques infos pratiques pour commencer, selon les besoins.

Configuration de l’interface réseau en statique (/etc/sysconfig/network-scripts/ifcfg-eth0) :

DEVICE=eth0
HWADDR=08:00:27:86:41:4B
TYPE=Ethernet
UUID=4f05b63e-4113-4aa7-ac63-3ea5867291a8
IPADDR=10.0.1.23
NETMASK=255.255.255.0
NETWORK=10.0.1.0
BROADCAST=10.0.1.255
ONBOOT=yes
NM_CONTROLLED=yes
BOOTPROTO=none

Configuration du hostname et de la passerelle (/etc/sysconfig/network) :

NETWORKING=yes
HOSTNAME=jean-bob.em-corporation.fr
GATEWAY=10.0.1.254

Configuration de la résolution DNS (/etc/resolv.conf) :

nameserver 10.0.1.25
nameserver 10.0.1.26

Mise à jour du système et installation de NTP afin d’être à l’heure :

yum update && yum install -y ntp

On supprime les serveurs par défaut et ajoute nos serveurs au niveau du /etc/ntp.conf (ou alors le pool français fr.pool.ntp.org) :

nameserver 10.0.1.200
nameserver 10.0.1.201

Démarrage automatique de NTP et SSH :

chkconfig ntpd on && chkconfig sshd on

Il ne reste plus qu’à redémarrer la machine :

reboot

[Debian] Ajout d’un disque dur

Voici la marche à suivre afin de configurer un nouveau disque sous Debian (une fois branché physiquement).

On vérifie que le disque est bien branché :

fdisk -l

Disk /dev/sda: 85.9 GB, 85899345920 bytes
255 heads, 63 sectors/track, 10443 cylinders
Units = cylinders of 16065 * 512 = 8225280 bytes
Sector size (logical/physical): 512 bytes / 512 bytes
I/O size (minimum/optimal): 512 bytes / 512 bytes
Disk identifier: 0x0005c4f3

Device Boot Start End Blocks Id System
/dev/sda1 1 1824 14651248+ 83 Linux
/dev/sda2 1825 2334 4096112 83 Linux
/dev/sda3 2334 10335 64267264 83 Linux
/dev/sda4 10336 10443 867510 82 Linux swap / Solaris

Disk /dev/sdb: 85.9 GB, 85899345920 bytes
255 heads, 63 sectors/track, 10443 cylinders
Units = cylinders of 16065 * 512 = 8225280 bytes
Sector size (logical/physical): 512 bytes / 512 bytes
I/O size (minimum/optimal): 512 bytes / 512 bytes
Disk identifier: 0x00000000

Disk /dev/sdb doesn't contain a valid partition table

On constate que le nouveau disque (/dev/sdb) est bien là et qu’il ne contient pas de table de partition valide.

C’est parti pour la création d’une partition :

fdisk /dev/sdb

Device contains neither a valid DOS partition table, nor Sun, SGI or OSF disklabel
Building a new DOS disklabel with disk identifier 0x74122bdb.
Changes will remain in memory only, until you decide to write them.
After that, of course, the previous content won't be recoverable.

Warning: invalid flag 0x0000 of partition table 4 will be corrected by w(rite)

WARNING: DOS-compatible mode is deprecated. It's strongly recommended to
switch off the mode (command 'c') and change display units to
sectors (command 'u').

Command (m for help): n
Command action
e extended
p primary partition (1-4)
p
Partition number (1-4): 1
First cylinder (1-10443, default 1):
Using default value 1
Last cylinder, +cylinders or +size{K,M,G} (1-10443, default 10443):
Using default value 10443

Command (m for help): w

The partition table has been altered!

Une fois l’invite de commandes apparue, nous créons notre nouvelle partition en appuyant sur la touche ‘n’. Le système nous demande si nous voulons une partition primaire ou étendue, nous choisissons primaire (touche ‘n’) car le disque est complètement vierge. Ensuite il nous demande de saisir le numéro de la partition, nous lui spécifions alors le numéro ‘1’. Viens alors le choix du secteur de démarrage de la partition, nous choisissons la valeur par défaut qui nous est proposée qui correspond en fait au premier secteur utilisable pour une partition. Pour terminer nous choisissons le numéro du secteur marquant la fin de la partition, nous prenons le choix par défaut qui correspond au dernier secteur utilisable sur le disque. Nous finissons par la touche ‘w’ afin de prendre en compte les changements.

Par défaut, fdisk fixe le type à Linux. Nous devons seulement déclarer explicitement le type de la partition swap:

Command (m for help): t
Selected partition 1
Hex code (type L to list codes): 83

Il ne nous reste plus qu’à utiliser la commande MKFS pour formater la partition créée :

pour de l’ext3 :

 mke2fs -j /dev/sda1
 mke2fs -j /dev/sda3

pour de l’etx4 :

 mkfs -V -t ext4 /dev/sda1
 mkfs -V -t ext4 /dev/sda3

pour la swap

 mkswap /dev/sda2
 swapon /dev/sda2 (swap prête)

[Cyrus] Deplacer une mailbox sur une autre partition

Voici la marche à suivre afin de déplacer une mailbox d’une partition à une autre.

Dans l’exemple, je dispose de deux partitions (cf http://blog.slashroot.fr/?p=1156). La première par défaut (/var/spool/cyrus/mail) et la seconde nommée ‘1’ (/var/spool/cyrus/mail2).

Dans un premier temps il faut s’assurer que Cyrus accepte le déplacement (/etc/imapd.conf) :

allowusermoves: yes

Si modification, on redémarre Cyrus :

/etc/init.d/cyrus2.2 restart

Il ne reste plus qu’a se connecter à la base et déplacer la mailbox :

cyradm --user cyrus localhost

renamemailbox user/johan@em-corporation.fr user/johan@em-corporation.fr 1

Le 1 correspond à la partition cyrus vers laquelle déplacer la mailbox.

Pour finir, on peut vérifier que le déplacement a bien été effectué :

su - cyrus -c "/usr/sbin/mbpath user/johan@em-corporation.fr"
/var/spool/cyrus/mail2/domain/e/em-corporation.fr/j/user/johan

[Cyrus] Déclaration d’une nouvelle partition

Si vous rencontrez un problème d’insuffisance de stockage au niveau de vos BAL que vous ne pouvez pas faire évoluer, il est facilement envisageable de créer une partition supplémentaire.

La première étape consiste à choisir son dossier de destination et de lui affecté les bon droits (dépendant de votre configuration). Pour ma part j’ai simplement ajouté un deuxième disque local monté sur /var/spool/cyrus/mail2 (nous pouvons imaginer plein de scénarios différents).

Mise en place des droits sur le dossier :

chown cyrus:mail /var/spool/cyrus/mail2
chmod 750 /var/spool/cyrus/mail2

Déclaration de la partition à Cyrus (/etc/imapd.conf)

defaultpartition: 1
partition-default: /var/spool/cyrus/mail
partition-1: /var/spool/cyrus/mail2

Pour rappel, la valeur de la defaultpartition indique quelle partition va utiliser cyrus pour stocker les BAL des nouveaux utilisateurs.

[Debian] RAID 1 + LVM + Chiffrement (LUKS)

Petit tutoriel screenshot afin d’installer une Debian Squeeze avec deux disques dur en RAID 1 avec chiffrement des données.

Le but est de créer deux RAID, un pour le boot (ne pouvant être chiffré) et un pour le système (en deux partition, « / » et « /home »). On chiffre le RAID système puis on crée un groupe de volume logique contenant les volumes logiques souhaités (dans mon cas un swap, une partition « / » et une partition « /home ».) Pour finir on installe grub sur le deuxième disque.

Une fois que tout est opérationnel il ne reste plus qu’à tester le bon fonctionnement : (Test et gestion du RAID 1)

Pour les screenshots, c’est sur le : « Continue reading »

(suite…)

[Debian] Transmettre les logs

Exemples pour transmettre les logs du serveur à un serveur tiers via rsyslog.

Transmettre tous les logs :

echo "*.* @IP:Port" >> /etc/rsyslog.conf && /etc/init.d/rsyslog restart

Transmettre seulement les logs contenu dans le mail.info :

echo "mail.info @IP:Port" >> /etc/rsyslog.conf && /etc/init.d/rsyslog restart

Installation de Elasticsearch / MongoDB / Graylog2

Installation et configuration d’une solution de gestion de logs centralisée (Elasticsearch/MongoDB/Graylog2) sous Squeeze fraîchement installé avec apache2 en supplément .

Elasticsearch

Installation du JRE d’OpenJDK :

apt-get install openjdk-6-jre-headless

Installation d’Elasticsearch :

wget https://github.com/downloads/elasticsearch/elasticsearch/elasticsearch-0.19.8.tar.gz
tar xzf elasticsearch-0.19.8.tar.gz
mv elasticsearch-0.19.8 /opt/elasticsearch
sed -i 's/# cluster\.name\: elasticsearch/cluster\.name\: LogCenter/g' /opt/elasticsearch/config/elasticsearch.yml
mkdir /etc/elasticsearch
cp /opt/elasticsearch/config/elasticsearch.yml /etc/elasticsearch/elasticsearch.yml

(suite…)

[FAN] Mettre Centreon en Français

Voici la marche à suivre afin de mettre l’interface de Centreon en français sur une FAN 2.3.

Création des dossiers nécessaires :

mkdir -p /usr/share/centreon/www/locale/fr_FR.UTF-8/LC_MESSAGES/

Téléchargement et désarchivage du pack FR :

wget http://download.centreon.com/index.php?id=141
tar xzf centreon-2.1-fr_FR-1.2.tgz
cd centreon-2.1-fr_FR-1.2

Mise en place de la langue :

cp ./LC_MESSAGES/messages.mo /usr/share/centreon/www/locale/fr_FR.UTF-8/LC_MESSAGES/messages.mo

Redemarrage d’apache

service httpd restart

Chez moi le redémarrage d’apache est en erreur et seul un reboot peut résoudre le problème.

Une fois apache (ou la machine) redémarré, il ne reste plus qu’a changer la langue par défaut au niveau de la configuration des utilisateurs et l’interface sera traduite en français.

[Cron] Dernier jour de chaque mois

Voici la configuration à renseigner dans la crontab pour exécuter un script à 23h59 le dernier jour du mois :

59 23 28-31 * * [ `/bin/date +\%d` -gt `/bin/date +\%d -d "1 day"` ] && /scripts/Stats_Du_Mois.sh

[Bash] Alias

Pour configurer ses propres alias ca se passe dans le fichier .bashrc de l’utilisateur.

Alias que j’utilise couramment :

alias maj='apt-get update && apt-get upgrade'
alias mem='ps aux --sort:rss'
alias ..='cd ..'
alias ...='cd ../../'
alias ....='cd ../../../'
alias clean='sed '\''/^#/d;/^$/d'\'''
alias l.='ls -d .* --color=auto'
alias ll='ls -lh --color'
alias lla='ls -lah --color'
alias taille='ls -lahSr --color'
alias vi='vim'

A noter qu’il faut se reconnecter pour pouvoir profiter des alias fraîchement créés.